amours plurielles

Publié le par catlove

MOI JE NE SUIS PAS POUR

Et vous??????????

Françoise simpère, auteure du "Guide des amours plurielles"

image

Origine de l'image: Jouer au monde

Françoise Simpère nous présente son dernier livre:
"Le guide des amours plurielles. Pour une écologie amoureuse".
Un livre utile et pertinent.
Une invitation à questionner nos systèmes de pensée en matière d'amour, de couple.




- Pouvez-vous vous présenter, nous présenter le livre?

Je suis journaliste spécialisée dans la santé et l'environnement, et écrivaine d'essais et de romans. Depuis l'âge de 19 ans, je vis sous le signe des amours plurielles, c'est-à-dire dans l'idée qu'aimer un homme, et même fonder un foyer puisque je suis mariée depuis plus de 30 ans, n'est nullement incompatible avec le fait d'en aimer d'autres. Cette notion qui me semble correspondre à la réalité -combien d'êtres humains n'ont connu qu'un ou une seule partenaire?- paraît iconoclaste dans une société monogame. En 2002, j'ai publié «Aimer plusieurs hommes», analyse théorique des amours plurielles fondée sur mon expérience et l'observation de nombreux couples. Devant l'intérêt qu'a suscité ce livre et les dizaines de lettres me demandant des conseils, j'ai décidé d'écrire «le Guide des amours plurielles» qui répond à la majorité de ces questions et apporte de nombreux témoignages de couples «Lutins».

- Qu'entendez-vous par écologie amoureuse?

Cette notion est développée dans le guide. C'est appliquer à ses amours les principes écologiques: diversité (plusieurs amours vivant en harmonie sans rivalité), respect des rythmes (rompre un amour parce qu'il semble s'étioler, ce serait comme couper un arbre en hiver en oubliant que le printemps existe. Cela veut dire ne pas agir avec précipitation en amour, prendre le temps de réfléchir) refus de s'approprier le vivant (si on conteste le brevetage des gènes, comment admettre de s'approprier un être humain!) etc. Il y a une telle similitude entre la réflexion écologique et le Lutinage que beaucoup des Lutins(e)s qui m'écrivent se révèlent proches de l'écologie.

- Pourquoi avoir choisi le terme de lutinage et quels autres termes aimez-vous?

Lutinage en référence au verbe «lutiner» qui signifie «faire la cour, séduire» et sous-entend une relation pas seulement sexuelle mais aussi verbale, affective. En référence aussi aux Lutins qui sont des êtres magiques, malicieux, agissant souvent la nuit, selon le dictionnaire! J'aime bien aussi les termes «amours plurielles» et «fidélités plurielles».

- Votre perception des amours plurielles a-t-elle évolué depuis le livre "aimer plusieurs hommes"?

Bien sûr, et c'est très stimulant, pas routinier. Plus je le vis, plus je me rends compte que le Lutinage est d'abord un choix individuel. Mes livres parlent beaucoup de couple de Lutins, parce que le couple reste la cellule de base de nos sociétés, mais dans un couple, chacun vivra ses amours de façon différente. L'égalité n'est pas la similitude, et s'il est important de fixer des règles de vie au quotidien, il est tout aussi important de comprendre que les ressentis des uns et des autres peut être très différent à partir du même postulat de liberté. Il y a aussi des Lutins célibataires, qui vivent seuls et entretiennent plusieurs relations sincères et durables. Autre évolution: au départ, on a souvent tendance à multiplier les relations, tant on est grisé par cette liberté. Après quelques années, l'important est de se sentir libre, non contraint, mais cela ne passe pas forcément par une boulimie amoureuse. Je sélectionne plus qu'avant, parce que je suis plus sûre de moi, sans doute, et aussi parce qu'après tant de belles histoires, je n'ai pas envie d'aventures banales.

- Quel est le plus grand bonheur que vous aillez vécu concernant les amours plurielles? Et la chose la plus difficile?

Mon plus grand bonheur est de vivre en complète harmonie avec mes convictions, de ne sentir aucun décalage entre ce que je pense et ce que je vis. Le plus difficile: lorsque mon compagnon, en me provoquant avec certaines amantes, ou en faisant mine de m'ignorer, cherchait davantage à susciter ma jalousie qu'à être un joyeux Lutin. Il y a parfois eu des rapports de force difficiles entre nous, et je déteste ça.

- Vous dites que c'est le dernier livre que vous écrirez sur le sujet. Pensez-vous avoir fait le tour de la question?

Je n'ai sûrement pas fait le tour de la question, mais je ne veux pas être définie seulement par cette vie de Lutine, chose que les medias ont tendance à faire. Par ailleurs, alors que j'étais assez isolée pendant des années, les amoureux pluriels commencent à émerger et à parler, donc laissons la place à d'autres. Cela étant, «Aimer plusieurs hommes» était épuisé et réclamé par beaucoup de gens. J'en ai récupéré les droits et suis en train de le corriger et compléter avec le recul de 7 ans de plus. Il paraîtra vraisemblablement avant la fin 2009: ce sera un livre pas vraiment nouveau, mais tout de même différent du premier.

- Comment le fait d'avoir eu plusieurs partenaires sur une même période a t'il influé sur votre sexualité

- dans la qualité du plaisir
Au risque de choquer, je pense qu'on ne peut pas tout vivre sur le plan sexuel avec le même partenaire, et c'est pourquoi, en en aimant plusieurs, on explore mieux sa propre libido. Un exemple: une femme attirée par l'idée de voir deux hommes faire l'amour ensemble alors que son compagnon est violemment homophobe ne peut pas l'obliger à vivre ce fantasme. Pourquoi s'en priver alors qu'il existe des hommes que cette idée stimule? Je crois aussi -j'en ai parlé dans mon livre «ce qui trouble Lola»- que le couple est un lieu où les enjeux sont trop forts (enfants, argent, pouvoir) pour pouvoir tout se permettre sexuellement. Imaginez une femme adepte de relations SM qui divorce et va plaider que son compagnon était un malade qui l'attachait aux pieds du lit et la fouettait, alors qu'à l'époque elle était d'accord! Avec un divorce pour deux ou trois mariages, c'est un vrai risque. A titre personnel, je suis plus naturelle et audacieuse sexuellement avec des amis/amants où le seul enjeu est de jouer avec ses fantasmes.

- dans le désir
Jeune, je ne me savais pas désirable et me pensais plus intellectuelle que charnelle. Ma vie de Lutine ma prouvé le contraire et m'a permis de me rassurer sur mon potentiel de séduction, disons entre 22 et 30 ans. Ensuite, j'ai été capable de regarder et désirer les hommes pour ce qu'ils sont au lieu de me demander si je leur plaisais. J'ai découvert la force de mon désir et de mon intérêt pour cette planète masculine que j'aime toujours explorer, et j'ai appris à ne jamais dire «oui» sans vrai désir.

- dans la façon de vous sentir femme
Rien de particulier... Si, une chose: j'ai découvert qu'une femme n'a pas besoin d'être la plus belle et la plus jeune pour exister. Les Lutines plaisent surtout grâce à leur joie de vivre, leur confiance en elles et leur absence de ressentiment vis-à-vis des hommes. On sait qu'on existe pleinement en tant que femmes, donc on n'a pas besoin de s'affirmer de façon agressive ou plaintive ni d'être obsédée par l'âge ou l'apparence. Ce qui plaît à tous... sauf aux machos, mais grand bien leur fasse!

Publié dans La vie d'une cat....s

Commenter cet article

Ava 06/11/2011 21:00



je n'ai pas le temps de tout lire, mais il y a eu un sujet au journal de France2, pour ma part, je ne suis pas d'accord.. dans le sens où les relations ne sont pas claires.


a mon avis, quand on aime, on ne partage pas.. et l'amour est exclusif, sinon ce n'est pas de l'amour !



catlove 07/11/2011 09:52



entirement de ton avis, peut être pour cela que je suis seule?